Français

Invitation à participer à la campagne pour un programme mondial de l’Economie Sociale et Solidaire

Dans le cadre de la mise en oeuvre de l’Agenda 2030, considérant que la base de la réalisation de tous les objectifs de développement durable (ODD) est une éducation de  qualité (objectif 4) et partant de la critique du modèle économique actuel ainsi que des schémas de production et de consommation prédateurs et non durables (cible 12), un collectif d’organisations d’économie solidaire a pris l’initiative de proposer une campagne pour un programme mondial d’Economie Sociale et Solidaire (1).

La campagne propose un programme global basé sur un noyau de principes socio-économiques et de pratiques durables, pertinentes dans le monde entier et que chaque programme national peut adapter face aux différents besoins se posant au sein des territoires en lien avec la diversité des cultures et des pratiques existantes. Un programme qui jette les bases de processus de solidarité d’une économie juste et équitable, capable d’éradiquer la pauvreté matérielle et spirituelle comme en témoignent les milliers d’expériences dans le monde autour de la souveraineté alimentaire, développant une agriculture biologique respectueuse de la Terre, de l’écosystème en général et face aux changements climatiques, en parallèle d’un lien sain et responsable avec la nature.

Considérant l’éducation comme un pilier de la vie, ce Curriculum Global d’Economie Sociale et Solidaire assure un apprentissage basé sur les pratiques de consommation éthiques et les méthodes d’organisation du travail via des décisions partagées et démocratiques avec égale répartition des résultats. Il favorise la prise de conscience sur les énergies renouvelables, sur les valeurs d’égalité entre les sexes au centre de l’économie et sur le développement des villes et des communautés malgré la récession économique. Ce programme reconnaît tous les systèmes de connaissances du monde comme des sciences et reconnait la sagesse des nations autochtones indigènes rurales comme science endogène, avec sa propre épistémologie ou cadre théorique, ce qui implique que la façon dont la connaissance est organisée, la logique, les composantes théoriques, les paradigmes, l’épistémologie et l’ontologie soient différents.

Cette initiative suppose une vision de la pensée complexe, pour une éducation équitable et de qualité inclusive, elle favorise les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie (ODD 4) qui seront effectivement existantes si nous défendons et répandons qu’une autre économie est possible, l’Economie Sociale et Solidaire.

Enfin, nous savons que le changement du modèle dominant de développement économique permet de parvenir à la paix que nous désirons tant (ODS 16) et d’arrêter les dégâts causés par le changement climatique (ODS 13). Une nouvelle économique, la solidarité et un modèle durable permettront d’atteindre les objectifs de développement durablesuivants : 1- mettre fin à la pauvreté sous toutes ses formes à travers le monde ; 2- lutter contre la faim, favoriser la sécurité alimentaire, l’amélioration de la nutrition et l’agriculture durable ; 3- assurer la santé publique, un mode de vie sain et promouvoir le bien-être pour tout le monde à tous les âges; 5- réaliser l’égalité des sexes et l’autonomisation de toutes les femmes et les filles ; 7- garantir l’accès à une énergie abordable, sûre, durable et moderne pour tous ; 8- promouvoir une croissance économique inclusive et durable, le plein emploi productif et le travail décent pour tous ; 12- assurer des modes durables de consommation et de production.

Nous ne partons pas de zéro et un long chemin a déjà été parcouru par les pays et des initiatives importantes, beaucoup d’entre eux sont reconnus et soutenus par l’UNESCO dans le cadre de l’éducation à la citoyenneté mondiale comme via le Curriculum Global de 2010-2012, pris en charge par trois organisations européennes, une brésilienne et une du Bénin, ayant réuni des éducateurs d’Autriche, du Bénin, du Brésil, de la République tchèque et du Royaume-Uni pour la préparation de cinq manuels du curriculum global (2), un pour chaque pays. Dans le même sens, entre 2013 et 2015, le “Maître de classe mondiale” (Master of the World Class) est un projet qui a été développé par des organisations de sept pays européens et des experts en provenance du Brésil et du Bénin. Ailleurs en Europe, les jeunes leaders du Scoutisme ont guidé leurs actions sur les principes de la citoyenneté et de la durabilité mondiale. En Amérique latine se distinguent, parmi beaucoup d’autres initiatives, l’Institut Paulo Freire au Brésil mettant en oeuvre une approche “d’écopédagogie” dans les écoles, le CEntre de Création d’ Images Populaires (CECIP) représentant au Brésil le programme du curriculum global et diffusant le concept de l’éducation à la citoyenneté mondiale via le BrasilCurrículum Global, le Réseau International pour l’Education et l’Economie Sociale et Solidaire composé d’organisations et de membres d’Equateur, du Brésil,  Bolivie, Cuba, Colombie, Chili, Uruguay, Paraguay, Mexique, Pérou, Venezuela, France, Espagne Nicaragua et d’Argentine. En Afrique, nous mettons en évidence les expériences de Busi-  Com au Bénin et Amani Kibera au Kenya. En Asie, Océanie et au Moyen-Orient, des actions éducatives sont réalisées dans le but de surmonter le modèle économique produisant des catastrophes sociales et environnementales à l’échelle mondiale.

Sans doute le Forum Social Mondial dont la première édition se produisit en 2001, présente un scénario contre-hégémonique face aux politiques néolibérales et reste un point de référence dans les luttes pour montrer qu’un autre monde est possible. Dans ce contexte, la campagne pour un
programme global de l’Economie Sociale et Solidaire interpelle le système économique capitaliste dominant et fait face à une pensée dont les pratiques asssument l’activité économique comme une  activité lucrative, où la seule production de biens et services reconnue “économique” est celle qui implique les seules transactions sur le Marché monétisé et en lien avec le pouvoir d’achat. Cette pensée naturalisant ainsi une économie de marché qui réduit exclusivement tous les échanges à des relations mercantiles et une société de marché réduisant tout intérêt à un intérêt matériel individuel. Par conséquent, la campagne pour le Curriculum Global d’Economie Sociale et Solidaire propose une éduacation décolonisatrice, interculturelle. Elle réhabilite les fondements de l’éducation populaire et la promotion d’un dialogue des savoirs entre les connaissances scientifiques humanistes et les savoirs traditionnels et populaires des provinces urbaines et rurales qui circulent dans les territoires.

La campagne pour un programme mondial d’Economie Sociale et Solidaire doit être mise en oeuvre par une multi-coordination d’éducateur.trice.s, de chercheur.se.s, de militant.e.s de différents pays. Nous invitons les professionnels de la liste ci-dessous à prendre la responsabilité de promouvoir et de visibiliser les processus d’échange autour de la discussion des politiques publiques en matière d’éducation pour une Economie Sociale et Solidaire.

Le 30 Novembre 2016, la première communication virtuelle a été réalisé sur la plate-forme Skype. La seconde réunion l’a été le 16 février 2017 en Espagnol et le 17 Février en Anglais via Notes .

La reunion présentielle sera de 2 jours à Rio de Janeiro, Brésil, au siège du CECIP les 17 et 18 Mars 2017 avec pour objectif de débattre des stratégies futures.

Le 22 Août 2017 aura lieu la Campagne pour un Currículum Global pour l’Economie Social et Solidaire lors du Ier Congrès International du Cooperativisme et de l’Economie Social et Solidaire, puis lors de la IXème rencontre du réseau national de chercheur.se.s et éducateur.trice.s en Economie Solidaire et Coopérativisme (Redcoop) qui a été inclus dans les activités du CLACSO dont le 50ème anniversaire se célébrera à la Faculté d’Economie BUAP de Pueblo, Mexique.

(1) Le logo de cette campagne nous a été donné conjointement par le Dir. de projet CECIP Claudius Ceccon et représente le symbole Curriculum mondial pour le développement durable au Brésil.

(2) Voyez par exemple, le “Manual do Curriculo Global- Formando Cidadãos Planetários
em Escolas Brasileiras”, édité par le CECIP, dans http://www.cecip.org.br. Le CEntre de Création d’Images Populaires (CECIP) représentant le Brésil dans le curriculum global du projetet diffusant le concept de l’éducation à la citoyenneté mondiale au Brésil.